• J’ai besoin de la lune
    pour lui parler la nuit.
    J’ai besoin du soleil
    pour me chauffer la vie.
    J’ai besoin de la mer
    pour regarder au loin.
    J’ai tant besoin de toi
    tout à coté de moi.

    J’ai besoin de la lune
    Pour voir venir le jour
    tant besoin du soleil
    pour l’appeler la nuit
    J’ai besoin de la mer
    Tout a coté de moi
    J’ai tant besoin de toi
    pour me sauver la vie …

    j’ai besoin de mon père
    pour savoir d’ou je viens,
    Tant besoin de ma mère
    pour montrer le chemin.

    J’ai besoin du metro
    pour aller boire un verre
    tant besoin d’oublier
    tant besoin de prières

    J’ai besoin de la lune
    pour lui parler la nuit....


    votre commentaire
  • Manu Chao dans toute sa splendeur intimiste
    avec une chanson dédicassée à un des plus grands joueurs de football
    Diego Maradona … jusqu’à le faire pleurer.

     

                                                                                                                                                    Article original


    votre commentaire
  •  

    C'est l'histoire de deux femmes, deux prostituées, deux princesses.

     L'une, révoltée, l'autre, déracinée.
    On dit que les princesses sont tellement sensibles,
    qu'elles peuvent même mourir loin de leur Royaume...

    Notes de Fernando León de Aranoa (réalisateur)

    “Le film raconte la vie de deux femmes.
    L'une, Caye, a presque trente ans, une frange apprêtée et un charme populaire.
    L'autre, Zulema, vit au quotidien le désespoir de l'exil forcé.
    Lorsqu'elles font connaissance, elles se trouvent sur des territoires presque ennemis.
    Mais Caye et Zulema ne tardent pas à comprendre qu'elles marchent toutes les deux sur la même corde raide.
    Caye ne sait pas aimer, elle est toujours sur la défensive, mais elle a des rêves et le coeur sur la main.
    Elle a la nostalgie de ses désirs.
    Ses manques sont surtout affectifs.
    Quant à Zulema, elle a abandonné les siens pour pouvoir les aider et elle a le mal du pays.
    Sa nostalgie est concrète.
    Ses manques sont surtout matériels.
    Leur amitié inattendue sera comme un pacte qu'elles signent secrètement.
    Ces femmes invisibles au regard secret, vous ne trouverez personne pour admettre les avoir rencontrées.
    Elles paient chaque jour le prix de la précarité et du mépris.
    Elles jouent chaque nuit leur coeur à quitte ou double.
    Derrière elles, à l'horizon, la ville dort, tranquille, arrogante, indifférente.
    Mais au-dessus d'elles se trouve la vie, qui dit dans plusieurs langues les mots de l'espérance.”
     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique